La France et Cuba signent un mémorandum d’entente

Lors de la visite d’état du Président Cubain Raúl Castro, et en présence du Président François Hollande, la France et Cuba ont signé un mémorandum d’entente afin d’engager des négociations pour l’établissement et les activités de l’Agence Française de Développement à Cuba. Anne Paugam, directrice générale de l’AFD a commenté:

Cet accord, qui déterminera les termes et conditions du statut du Groupe AFD et de ses activités à Cuba,  nous permettra  de démarrer nos activités de financement et prévoit pour l’AFD la possibilité de créer un bureau à La Havane. Sur la base du mémorandum d’entente que nous venons de signer, nos équipes vont très rapidement se rendre sur place pour, d’une part, négocier l’accord d’établissement et, d’autre part, commencer à identifier et à étudier des projets.

L’AFD espère pouvoir aboutir à une première décision de financement avant la fin de l’année 2016, après avoir identifier avec le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger des projets dans les secteurs prioritaires à savoir les énergies renouvelables, l’eau et l’assainissement, le tourisme durable, l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, le transport et l’aménagement urbain.  L’université d’entreprise de l’AFD,  le Centre d’études financières et bancaires sera mobilisé afin de concevoir un programme de formation dans ces mêmes secteurs.

 

Publicités
Publié dans Accords | Tagué , | Laisser un commentaire

Frappée Par La Sécheresse, l’Éthiopie Supporte La Révolution Energétique en Afrique

Soutenue par un régime d'aide Britannique, Elizabeth Mukwimba fait partie des femmes qui ont maintenant accès à l'énergie solaire.

Soutenue par un régime d’aide Britannique, Elizabeth Mukwimba fait partie des femmes qui ont maintenant accès à l’énergie solaire.

L’Administrateur de l’agence américaine pour le développement international (USAID)  Gayle Smith a annoncé vendredi un montant supplémentaire de $97 millions en aide d’urgence pour l’Ethiopie, afin de résoudre la crise humanitaire en cours résultant de l’impact du phénomène El Niño.

La sécheresse El Niño est l’une des pires à frapper l’Ethiopie depuis des décennies. El Niño a considérablement impacté les conditions météorologiques, ce qui limite la production agricole, les moyens de subsistance, et exacerbe l’insécurité alimentaire des familles les plus pauvres et vulnérables. L’ampleur et la gravité de cette crise dépasse la capacité de résilience des Éthiopiens les plus touchés. Cette contribution supplémentaire des États-Unis comprendra 176.000 tonnes de vivres qui seront distribuées à plus de 4 millions de réfugiés éthiopiens et aidera les services d’assistance catholiques sur place ainsi que le programme alimentaire mondial des Nations Unies. Cela va permettre d’étendre la distribution de nourriture pour trois mois supplémentaires jusqu’en Juillet 2016. Gayle Smith, administrateur de l’USAID, a déclaré:

Grâce aux investissements critiques du gouvernement Ethiopien, des Etats-Unis et de la communauté internationale, l’Ethiopie est aujourd’hui en mesure de supporter cette crise. Mais avec le pire de la sécheresse encore à venir, le peuple Ethiopien a un besoin urgent de votre soutien. En fournissant rapidement des ressources supplémentaires, nous pouvons nous assurer que les agriculteurs sont en mesure de planter leurs cultures et d’aider l’Ethiopie à rebondir après la crise.

L’Éthiopie a également annoncé qu’elle supporte la campagne Africa Energy qui vise à accélérer l’accès universel à l’énergie solaire en Afrique sub-saharienne. Un accord a été signé avec la Grande-Bretagne lors du Sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba pour stimuler l’accès à l’énergie solaire. Il est à espérer qu’avec le soutien de pays comme l’Ethiopie, la campagne Africa Energy contribuera à atteindre les objectifs énergétiques d’ici 2030. Le ministre britannique du développement international Nick Hurd a commenté:

Un nombre croissant de pays en Afrique se joignent à la campagne Africa Energy. Ce nouvel accord avec l’Ethiopie est une autre étape vers un accès universel à l’énergie solaire et l’amélioration des conditions de vie de millions de personnes.

Depuis le lancement de la campagne, le soutien en Afrique a continué de croître. L’Ethiopie rejoint le Malawi, le Rwanda, la Sierra Leone, le Ghana, le Nigeria et la Somalie qui ont déjà promis de rejoindre la révolution solaire Africaine.

 

Publié dans Climat, Energie | Tagué | Laisser un commentaire

L’Érythrée et l’UE signent un nouvel accord de développement pour €200 million

Le marché de Medebar à Asmara, un commerçant nous a confié qu'il gagne €44 par mois. Photo: The Guardian.

Le marché de Medebar à Asmara, un commerçant nous a confié qu’il gagne €44 par mois. Photo: The Guardian.

Le ministre Érythréen pour le développement national, le Dr Giorgis Teklemichael, et le chef de la délégation Européenne, Christian Manahl, ont signé le 28 Janvier 2016, à Asmara le Programme Indicatif National (PIN) au titre du 11e Fonds européen pour le développement. Ce programme-cadre de €200 millions, qui définit la coopération au développement entre l’Érythrée et l’UE pour les cinq prochaines années, met l’accent sur les énergies renouvelables et la gouvernance. Il a été approuvé par les États membres de l’UE au sein du comité du FED en Novembre 2015.

Le programme appuiera l’Érythrée pour opérer un changement important dans sa politique de l’énergie et dans l’exploitation de son riche potentiel d’énergie solaire, éolienne et géothermique, contribuant ainsi aux efforts internationaux visant à atténuer le changement climatique. Reconnaissant le rôle clé de l’énergie pour le développement socio-économique, cette composante du NIP apportera une énergie abordable, propre et fiable pour les zones rurales sans électricité. Il permettra aussi d’améliorer l’efficacité énergétique de la réhabilitation du réseau de distribution à Asmara et Massawa.

Le deuxième composant, tout aussi important, offre au gouvernement Érythréen de  bénéficier de l’expertise Européenne pour améliorer la gestion des finances publiques, moderniser son secteur financier, améliorer la planification économique, fonder une base statistique solide et enfin mettre en œuvre les recommandations universelles de l’ONU pour les droits de l’homme.

Ce programme de coopération débutera lors de la mise en œuvre des objectifs convenus dans ces deux secteurs que sont l’énergie et la gouvernance. Il est aussi en ligne avec les objectifs globaux de l’UE pour la réduction de la pauvreté et la lutte contre le changement climatique. Il soutient les efforts du Gouvernement et du peuple de l’Érythrée pour accroître la productivité, encourager les investissements, créer des emplois et des opportunités commerciales, tout en essayant de répondre à certaines des causes profondes des migrations irrégulières.

Publié dans Energie, Gouvernance | Tagué , | Laisser un commentaire

Londres organise une conférence sur la crise syrienne alors que des milliards de dollars sont encore nécessaires

La Syrie est la plus grande crise humanitaire du monde. Des milliards de dollars d’aide internationale sont nécessaires pour soutenir les gens pris dans le conflit.

Camp de Zaatari, Jordanie. Photo: Salah Malkawi/UNDP

Camp de Zaatari, Jordanie. Photo: Salah Malkawi/UNDP

Le Programme des Nations Unis pour le Développement a annoncé vendredi que $482 millions seront nécéssaires cette année pour son travail d’aide aux plus vulnérables en Syrie et dans les pays voisins. Madame la secrétaire du PNUD Helen Clark a commenté:

Les réfugiés, les communautés d’accueil et les personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie ont besoin de moyens de subsistance. Ils ont besoin de services de base, comme la santé, l’éducation, l’eau, l’assainissement, l’électricité et le ramassage des ordures. Et ils ont besoin d’espoir pour un avenir meilleur.

Les appels financiers du PNUD sont intégrés dans les deux plans de réponse et de coordination des efforts de la communauté internationale autour de la crise en Syrie: le Plan d’intervention humanitaire (HRP) 2016 pour le soutien à l’intérieur de la Syrie, et le plan du statut de réfugié et la résilience régionale (3RP) 2016-2017 pour les programmes en faveur des réfugiés et les communautés d’accueil au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Iraq et en Egypte.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Koweït, la Norvège, et les Nations Unies organisent le 4 Février à Londres La Conférence pour L’aide aux Syriens et la Région. Le but sera de lever de nouveaux fonds afin de fournir un accès à l’éducation pour tous les enfants de réfugiés et les communautés d’accueil, de créer des emplois pour les réfugiés et donner aux gens en Syrie l’accès aux soins. Cliquez ici pour visiter le site de la conférence.

Reconnaissant le niveau de préoccupation du public autour de l’échelle et la durée du conflit en Syrie, qui a laissé plus de 18 millions de personnes, dont 8 millions d’enfants,  dans un besoin désespéré d’aide, et a alimenté une crise migratoire en Europe, la Secrétaire Britannique pour le développement international Justine Greening a annoncé aujourd’hui l’engagement du Royaume-Uni à doubler tous les dons fait à l’UNICEF  jusqu’à la fin de Février 2016. Après l’annonce la secrétaire a aussi commenté:

Cette semaine, les dirigeants du monde se réuniront pour un sommet majeur sur la Syrie ici au Royaume-Uni. Le but de cette conférence est de s’assurer que la communauté internationale joue son rôle dans la réponse à la crise.

Publié dans Conflits | Tagué | Laisser un commentaire

Merkel veut des règles plus strictes contre les migrants

Le parti de la chancelière allemande veut mettre en place des mesures plus fortes alors que l’extrême-droite se mobilise dans le centre-ville.

Angela Merkel a annoncé son soutient à un projet de lois plus sévères sur l’expulsion des immigrés alors que des partisans d’extrême-droite ont défilé à Cologne après une série d’agressions sexuelles qui auraient été commises par des demandeurs d’asile.

La police allemande a utilisé des canons à eau samedi pour empêcher tout affrontement entre les partisans de l’extrême-droite et une contre-manifestation par les anti-fascistes.

Sur les 32 personnes soupçonnées d’avoir jouer un rôle dans les attaques la veille du nouvel an, 22 d’entre elles sont dans le processus de demande d’asile. Sur les 32 suspects, neuf étaient algériens, huit marocains, cinq iraniens et quatre syriens. Trois citoyens allemands, un Irakien, un Serbe et un citoyen des États-Unis ont également été identifiés.

Les gangs d’hommes décrits par certaines des victimes comme étant d’origine maghrébine ou arabe auraient volé, menacé ou agressé sexuellement 121 femmes durant les fêtes près de la cathédrale gothique de la ville.

Environ 1700 partisans d’extrême-droite, qui affirment que les agressions sont la preuve de l’échec des politiques libérales de Merkel, sont arrivés sur la place principale de la ville à 13 heures.

Agitant des drapeaux et des pancartes on peut y lire: «Les réfugiés ne sont pas les bienvenus », « l’Allemagne a survécu à la guerre, la peste et le choléra, mais Merkel? ». Alors que beaucoup ont crié « Merkel Dehors », environ 1.300 personnes ont organisé une contre-manifestation, scandant « Les Nazis Dehors ».

Les dirigeants du parti chrétiens-démocrates conservateurs de Mme Merkel (CDU) ont tenu une réunion dans la ville de Mayence samedi afin d’envisager des peines plus sévères pour les attaques contre la police et les services d’urgence, le retrait du statut de réfugié ou de demandeur d’asile à toute personne condamnée à de la prison ferme.

En vertu des lois actuelles, les demandeurs d’asile ne sont renvoyés de force que s’ils ont été condamnés à des peines d’emprisonnement d’au moins trois ans et si leurs vies ne sont pas en danger dans leur pays d’origine.

Pourquoi les contribuables allemands devraient payer pour emprisonner des criminels étrangers?

a déclaré le vice-chancelier, Gabriel Sigmar, qui dirige les sociaux-démocrates (SPD), partenaires de la coalition Merkel.

L’agence de presse allemande DPA a annoncé que les dirigeants du CDU se seraient entendus sur une proposition visant à priver d’asile les étrangers qui ont été condamnés pour des crimes. Ils auraient également soutenu un projet visant à renforcer la capacité de la police à vérifier les papiers d’identité.

Mme Merkel a déclaré que la proposition, qui sera discutée avec la coalition et aura besoin de l’approbation du Parlement, pourrait aider l’Allemagne à expulser  les « récidivistes ».

Ceci est dans l’intérêt des citoyens Allemands, mais aussi dans l’intérêt de la grande majorité des réfugiés qui sont ici

a déclaré Mme Merkel au membres du parti à Mayence.

Si les gens ne respectent pas la loi … naturellement il doit y avoir des conséquences.

Les délinquants en série qui systématiquement, en reviennent au vol ou à agresser des femmes doivent faire face à la justice.

Elle a toutefois résisté à la pression interne d’introduire un plafond officiel sur le nombre de migrants, en répétant son slogan « Nous pouvons le faire ».

Le chef de la police de Cologne, Albers Wolfgang, qui avait été fortement critiqué durant les attaques, a été destitué de ses fonctions ce vendredi.

Le maire de la ville, Henriette Reker, a suggéré que la police lui avait caché des informations et que sa confiance dans la direction de la police de Cologne a été «ébranlée de manière significative ».

La police de Cologne a déclaré vendredi avoir arrêté deux hommes âgés de 16 et 23 ans avec des « racines d’Afrique du Nord » sur des soupçons d’implication dans les attaques. La police fédérale a documenté 76 actes criminels, dont sept liés aux agressions sexuelles.

Le porte-parole du ministère de l’intérieur allemand Tobias Plate n’a pas confirmé si l’un des suspects avait été inculpé. « Les enquêtes sont en cours » at-il commenté.

Les incidents autour de la gare centrale de Cologne ont conduit à des accusations de la police et un contrôle des médias afin d’éviter le développement d’un sentiment anti-étranger à la suite de la politique « porte ouverte » de Merkel envers les réfugiés et les migrants. Environ 1,1 millions de réfugiés et de migrants sont arrivés en Allemagne l’année dernière, beaucoup plus que dans tout autre pays européen, la plupart fuyant les conflits du Moyen-Orient.

Des preuve que des attaques similaires ont eu lieu dans sept autres villes allemandes sont aussi apparues. Après Cologne, Hambourg semble avoir été la plus touchée. De 167 plaintes d’attaques faites à la police – environ les deux tiers d’entre sont décrites comme des agressions sexuelles, y compris deux cas de viol – 100 se rapportent à Cologne et 53 à Hambourg.

Publié dans Migration | Tagué | 1 commentaire

Face aux enjeux du climat, le vivre ensemble

Le résultat des négociations de la COP21 a démontré que même face à un problème d’une telle ampleur, il demeure difficile pour toutes nos nations et communautés de trouver un consensus qui puisse prendre en compte les intérêts de chacun. Il apparait alors que les mouvements locaux pourraient jouer un rôle beaucoup plus important que prévu.

L’état actuel de notre planète révèle que nous avons d’hors et déjà passé un seuil critique. La multiplication de canicules et d’inondations de par le monde n’en est qu’une petite démonstration, qui prouve cependant l’inévitabilité d’une économie sans carbone vers laquelle nous devons à tout prix nous diriger.

Dans ce sens, l’action ne peut pas venir que des gouvernements seuls. Le secteur privé, par example, se doit d’être à la hauteur du rôle important qu’il détient, notamment en matière d’innovation, mais aussi dans la diversité des solutions qu’il peut apporter. Cette nouvelle transition économique vers laquelle nous devons nous diriger ne peut passer que par une transition énergétique qui demande de larges investissements.

Mais il serait aussi trop simple de ne demander qu’à nos entreprises de s’investir pour le climat. Les individus doivent maintenant s’organiser au niveau local et participer à cette prise de conscience collective. En effet, le problème du climat a le potentiel de briser les barrières sociales, car peu importe le rang ou niveau de richesse, les sécheresses et autre dérèglements ne s’arrêtent pas aux frontières.

Une économie nouvelle appelle à des mesures et des formats nouveaux. Par example, la promotion du micro-farming et des produits bio peut être une, parmi tant d’autres, solution. Ce genre de projets, adopté en masse, aurait le l’avantage de pouvoir réduire l’empreinte carbone, et même d’emmener vers des créations d’emploi.

L’education écologique de nos générations futures est aussi primordiale. Nous nous devons désormais d’informer et d’éduquer nos enfants sur l’environnement et la santé. Beaucoup plus d’efforts doivent être fait dans ce sens afin que la génération de demain soit en mesure de faire face aux enjeux climatique futurs. Il est donc important pour les individus de s’organiser en communautés et de lancer le changement à leur niveau par des actions telles que la création d’entreprises sociales ou même l’engagement de volontaires. Il faut à tout prix, qu’ensemble nous puissions réinventer notre relation avec la planète. Une relation qui doit être bâtie sur une économie nouvelle et basée sur des experiences locales.

Nous devons aussi, chacun à notre niveau, engager la réflection sur notre consommation alimentaire mais aussi énergétique, et même d’eau. Le concept d’une consommation illimitée sur une planète limitée est tout simplement absurde. Le débat sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre n’est qu’un début, et l’effort doit se poursuivre par la promotion de moyens de transport alternatifs comme la bicyclette ou la marche, la réduction du gaspillage alimentaire, et une meilleure répartition des richesses.

L’année 2015 aura été l’année des grands enjeux, mais aussi de nombreuses crises, et 2016 nous annonce d’hors et déjà qu’il y aura beaucoup de surprises, de nouveaux problèmes à résoudre, et surtout beaucoup de travail. Pendant que l’islam salafiste se répand comme la gangrène, les partis politiques Européens d’extrême-droite gagnent toujours plus de support. Alors que la situation climatique nous demande de nous unir, le context socio-politique du monde actuel ne joue pas en notre faveur. Espérons alors que 2016 sera aussi, et surtout, l’année du vivre ensemble.

En attendant de vous retrouver début Janvier après la pause des fêtes, je tiens à vous présenter à tous, chers lecteurs, commentateurs et contributeurs, mes voeux les plus sincères, un joyeux noël ainsi qu’une bonne année.

Publié dans Changement Climatique | Tagué | 1 commentaire

COP21: Succés, Echec ou conflits d’intérêts?

Pour un événement mondial qui n’était ni sportif, ni une guerre, l’édition 2015 de la Conférence sur les changements climatiques des Nations Unies, ou COP21, a attiré beaucoup d’attention dans le monde. On doit admettre, très peu de sujets ont des enjeux aussi importants que le changement climatique. Nous devons faire face à la réalité, le changement climatique est une question de survie pour l’humanité.

Donc, après 2 semaines de négociations entre 195 pays, la conférence a donné lieu à un  accord de 39 pages et 29 articles, disponibles ici. En termes d’engagements, voici les 6 points à retenir:

  1. Contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2c et poursuivre les efforts pour atteindre 1.5c.
  2. À partir de 2020, les pays développés devront payer $100 milliards par an aux pays sous-développés afin de les aider avec les politiques climatiques ainsi que l’adaptation aux changements.
  3. Un comité exécutif sera formé afin de faciliter et coordonner le régime d’indemnisation des dommages irréversibles aux pays les plus touchés.
  4. A partir de 2023, des plans d’action nationaux seront examinés tous les 5 ans.
  5. La réglementation des prix du carbone n’est mentionné qu’une fois. Cependant son potentiel pour réduire les émissions est reconnu.
  6. Les signataires s’engagent à atteindre un pic des émissions de gaz à effet de serre dès que possible, et à reprendre les mesures de réduction afin de parvenir à un bilan carbone neutre dans la deuxième partie du siècle.

Sur la question des émissions de carbone, nous pouvons aussi mentionner les chiffres suivants concernant les engagements des principaux pollueurs:

  • Les États-Unis s’engagent à une réduction de 26-28% des émissions d’ici 2025 par rapport à 2005
  • Le Canada à une réduction de 30% d’ici 2030, et promet une revue par le nouveau gouvernement
  • L’Union Européenne promet une réduction de 40% d’ici 2030, par rapport à 1990
  • La Russie a présenté un plan de réduction de 25-30% d’ici 2030 par rapport à 1990
  • Le Japon s’engage pour 26% d’ici 2030 par rapport à 1990
  • Le Brésil: 43% d’ici 2030 par rapport à 2005
  • L’Iran: 4% d’ici 2030, et peut-être 8% en fonction de l’aide financière
  • L’Inde: 35% d’ici 2030 par rapport à 2005
  • La Chine tentera de limiter ses émissions d’ici 2030, et vise une réduction de 60-65%
  • Enfin, l’Indonésie s’engage à réduire ses émissions de 29% d’ici 2030, et peut-être de 41% selon le soutien financier apporté

Cependant, les auteurs de la revue New Internationalist ont présenté trois échecs majeurs de la conférence sur le climat.

Cet accord est une grande évasion pour les pollueurs, et un cadeau empoisonné pour les pauvres

  • L’accord ne nécessite aucun engagement de la part des signataires avant 2020. Si nous nous en tenons aux contributions déterminées au niveau national, non seulement nous auront épuisé l’allocation carbone qui aurait pu nous permettre d’atteindre 1.5c, mais nous allons probablement finir quelque part entre 2.7c et 3.7c.
  • Lutter contre le changement climatique exigerait un transfert massif de fonds du Nord vers le Sud. Un monde sans combustibles fossiles demanderait environ $1000 milliards par ans d’ici 2020. Avec $100 milliards promis dans l’accord, nous sommes tout simplement en deçà de la cible.
  • Le paiement pour les pertes et dommages par les Etats-Unis et ses alliés a été refusé aux pays les plus vulnérables. L’accord ne permet donc pas de protéger les populations les plus touchées.
  • Les énergies renouvelables sont mentionnées une fois, et au sujet de l’Afrique seulement. La porte est donc laissée grande ouverte pour les mécanismes d’échange de carbone.

Lidy Nacpil, coordinatrice du Mouvement des Peuples d’Asie sur la dette et le développement (APMDD), a commenté:

Notre survie est non-négociable. Mais après tout le battage médiatique sur la limite ambitieuse de 1,5 ° C , la version finale de l’accord sur le climat condamne à mort certaines des populations les plus vulnérables.

En outre, l’organisation 350.org a présenté les points suivants:

  • Même si l’accord reconnaît la nécessité de 1.5c, c’est 2c qui a été signé. Atteindre 1.5c nécessitera une énorme pression à l’avenir.
  • Aucune disposition légale pour les personnes autochtones, les droits de l’homme ainsi que les droits des femmes.
  • Encore une fois, les promesses concernant les émissions de carbone sont un progrès, mais ne nous amènent pas vers un climat viable.
  • Aucune échéance claire n’a été donnée quand à l’arrêt complet des carburants fossiles.
  • Le soutien des pays les plus vulnérables et les plus touchés est trop superficiel
  • Point positif: un mécanisme d’examen tout les 5 ans

Donc, pour conclure, malgré l’ambiance de fête qui a été présentée au monde après la clôture de la conférence, les résultats restent nuancés. Je suppose, en fonction des attentes et des intérêts, certains crieront au succès, tandis que d’autres y verront certainement un échec. Personnellement, je pense que l’accord n’a pas mis de barrières assez fortes contre l’expansion capitaliste, qui est finalement le moteur derrière le développement des combustibles fossiles. Aussi, il est difficile de faire l’éloge d’une société où les dirigeants ne prennent pas en compte les plus vulnérables. Alors que les négociations sur le changement climatique se devaient de trouver une solution de vivre ensemble entre la Terre et ses habitants, il semble que la COP21 ait été plutôt une bataille entre pauvres et riches.

12376140_1020762664648904_8811503162477391698_n

Publié dans Changement Climatique | Tagué | 1 commentaire

COP21: les populations locales sont exclues des négociations

Certaines des communautés les plus touchées par les changements climatiques demeurent exclus des négociations sur le climat de la COP21 à Paris.

Depuis que j’ai commencé à m’intéresser au développement international, il m’est vite apparu trés clairement que les conflits d’intérêts sont souvent un frein au progrès. En effet, nous souhaitons mettre fin à la pauvreté tout en favorisant la croissance économique, participant ainsi à l’augmentation des inégalités. Nous voulons mettre fin à la faim tout en favorisant le développement des entreprises agroalimentaires internationales, ignorant les agriculteurs locaux et l’agro-écologie. Nous tenons également à lutter contre le changement climatique, mais alors que l’on négocie avec les compagnies minières et pétrolières, les populations locales sont exclues des dicussions. Plusieurs journeaux internationaux ont même mis à jour des cas de meurtres et de disparitions d’activistes, notamment en Amérique du Sud.

Comme l’un des contributeurs sur mon blog anglais consacré au développement a récemment souligné, les négociations sur le développement sont souvent compromises par les intérêts capitalistes et financiers des multinationales. A titre d’example, le combat du groupe militant Souveraineté Alimentaire du Ghana contre le géant Monsanto, ainsi que leur propre gouvernement au Ghana, reflète les conflits d’intérêts entre gouvernements, sociétés transnationales et les agriculteurs locaux. Les négociations climatiques ne font pas exception à la règle. Alors que la comunauté internationale négocie l’avenir de la forêt amazonienne, personne n’a le bon sens de prendre en considérations l’opinion des peuples qui vivent dans cette forêt.

Comme un autre de nos contributeurs l’a expliqué récemment, le programme de développement durable ratifié en septembre dernier à New York, est incohérent. Nous ne pouvons pas poursuivre indéfiniment la croissance économique alors que notre planète, elle, est limitée en resources. Le système capitaliste de développement ne peut pas nous permettre de relever les défis de la pauvreté, de la faim ou du changement climatique de manière inclusive et définitive.

Publié dans Changement Climatique | Tagué | 1 commentaire